Sélectionner une page

Quels sont les différents types de management

Les managers sont confrontés à un certain nombre de situations de management différentes tout au long de leur carrière, et la manière dont ils choisissent de gérer ces circonstances variables dépend de leur type de management.

Des projets, des équipes, des tâches et des entreprises différents nécessitent des styles de management différents. Si vous ne pouvez pas vous adapter aux besoins de votre poste et de votre entreprise, alors vous êtes voué à l’échec.

Lorsque votre équipe n’est pas engagée, cela se traduit par :

  • Une productivité plus faible
  • Un travail de moins bonne qualité
  • Une augmentation spectaculaire du taux de turnover
  • Plus de problèmes de fraude et d’absentéisme
  • Une rentabilité réduite

En fin de compte, le mauvais style de management démotive les employés, tue la productivité et les entraîne à se désengager ou à partir. Cela nuit à l’ensemble de l’entreprise.

Mais comment savoir quel type de management est nécessaire ? Et comment réussir à adopter le bon ?

Il n’existe pas d’approche unique en matière de management, tout est fonction de la situation. Mais comprendre la différence entre les nombreux types de management et la façon dont certains employés y réagissent fera de vous un dirigeant plus efficace.

1. Le management autoritaire

Le style de management autoritaire implique une gestion axée sur une direction et un contrôle clairs. Il est aussi parfois appelé management directif.

Les managers autoritaires affirment généralement une autorité forte, ont un pouvoir de décision total et s’attendent à une obéissance incontestée.

Ce type de management nécessite des rôles clairement définis et des hiérarchies et structures de rapport strictes. Les employés ne devraient pas avoir à se demander qui est responsable de quoi.

Pour être un leader autoritaire efficace, vous devez être disposé et capable de vous tenir constamment au courant du travail de vos équipes et de prendre toutes les décisions.

Bill Gates est un exemple de dirigeant autoritaire positif. Il avait un plan clair pour son entreprise. Un plan qui était difficile, voire impossible, à comprendre pour beaucoup d’autres jusqu’à ce qu’il devienne réalité et que Microsoft devienne un nom connu de tous.

Sans pouvoir voir et partager ce qu’il avait en tête, Gates ne pouvait pas confier à son équipe le soin de prendre des décisions par elle-même. C’est pourquoi il a dirigé l’équipe et maintenu le pouvoir de décision.

Avantages d’un style de management autoritaire

Dans un environnement approprié, il a été démontré qu’un style de management autoritaire a un effet positif sur les performances des employés.

Le meilleur environnement pour un management autoritaire comprend généralement une culture traditionnelle, comme celle que l’on trouve couramment en Chine et dans certains autres pays asiatiques.

Ces cultures ont une forte propension au pouvoir, où les employés s’attendant à ce que les personnes de haut niveau aient plus de pouvoir et ayant tendance à s’en remettre automatiquement aux personnes occupant des postes plus élevés.

Un style de management autoritaire peut également être efficace si vous avez des employés nouveaux ou inexpérimentés qui ont besoin de beaucoup de conseils et d’instructions.

Inconvénients d’un style de management autoritaire

Il est important de noter que si on le pousse à l’extrême, un style de management autoritaire peut facilement créer un espace de travail négatif.

Par exemple, si vous essayez de vous accrocher à un contrôle trop strict, cela peut conduire à une micro-gestion, qui fera fuir vos meilleurs employés.

Maintenir un contrôle total sur toutes les décisions peut également nécessiter beaucoup de temps et d’efforts. Si vous supervisez des projets importants et/ou complexes, cela peut être incroyablement difficile à gérer.

2. Le management visionnaire

Le style de management visionnaire est aussi parfois appelé inspirant, charismatique, stratégique, transformationnel ou autoritaire. Les managers visionnaires s’attachent à transmettre la vision globale de l’entreprise, du département ou du projet à leur équipe.

Contrairement aux managers autoritaires, les managers visionnaires ne s’impliquent pas dans les détails quotidiens. Ils se concentrent plutôt sur la motivation et l’alignement de l’équipe, pour que tout le monde avance dans la même direction, et confient aux membres de leur équipe le soin de s’occuper des détails sur la manière d’y parvenir.

Si vous êtes naturellement un leader charismatique, extraverti et sympathique, vous trouverez peut-être ce style facile à adopter. Cependant, il peut être plus difficile pour les introvertis ou les personnes qui ne sont pas à l’aise sous les feux de la rampe. Il requiert également une grande intelligence émotionnelle, la volonté de prendre des risques et la capacité de diriger et de gérer le changement.

Un leader visionnaire bien connu est Nelson Mandela. Mandela était le visage et le leader du mouvement anti-apartheid. Par sa détermination et sa force de volonté, Mandela a mené avec succès son pays, l’Afrique du Sud, à la libération. En s’appuyant sur sa nature charismatique et sa vision importante, il a motivé les gens à apporter des changements sans leur dicter leurs actions.

Avantages d’un style de management visionnaire

L’un des avantages d’un style de management visionnaire est qu’il contribue à motiver les employés à oeuvrer pour des solutions et à des objectifs communs.

Si la culture de votre équipe est actuellement divisée, une approche visionnaire peut être utile pour remettre tout le monde sur la même longueur d’onde. Le type de management visionnaire est également souvent utilisé lorsqu’une entreprise ou une équipe doit évoluer.

Inconvénients d’un style de management visionnaire

Un inconvénient du style de management visionnaire est le manque de concentration sur les détails qui peut entraîner des problèmes, surtout si les membres de votre équipe sont inexpérimentés ou nouveaux.

C’est pourquoi un type de management visionnaire est généralement préférable pour les équipes expérimentées et professionnelles. Des personnes qui sont déjà suffisamment bien informées et capables de faire leur travail avec peu ou pas de supervision.

3. Le management transactionnel

Le style de management transactionnel est caractérisé par le recours à des récompenses positives telles que les incitations, les primes et les options d’achat d’actions pour motiver les employés à améliorer leurs performances.

Par exemple, les managers transactionnels peuvent recourir à la rémunération à la tâche pour inciter leurs employés à produire davantage. De même, ils peuvent structurer les primes trimestrielles ou annuelles en fonction des performances des employés.

Le style de management transactionnel est fondé sur la conviction que vous pouvez gérer et motiver les employés avec succès grâce à des récompenses extrinsèques.

Avantages d’un style de management transactionnel

Le type de management transactionnel tend à être efficace pendant de courtes périodes, lorsque vous devez motiver votre équipe à accomplir un travail qu’elle ne veut pas faire.

Par exemple, si vous avez besoin qu’ils fassent des heures supplémentaires pendant quelques semaines pour terminer un projet à temps, il peut être efficace de leur offrir une récompense extrinsèque.

Inconvénients d’un style de management transactionnel

Des études montrent que les récompenses extrinsèques sont moins efficaces que les récompenses intrinsèques, en particulier à long terme. En fait, elles peuvent avoir un impact négatif sur la motivation des employés si elles sont utilisées trop fortement ou trop longtemps.

Si vous souhaitez augmenter indéfiniment la charge de travail ou le nombre d’heures de votre équipe, le type de management transactionnel ne sera pas efficace. Elle ne convient pas non plus pour promouvoir la créativité ou l’innovation, car les récompenses sont directement liées aux résultats obtenus.

4. Management du leader serviteur

L’expression “Servant Leadership” ou encore « leadership au service des autres » a été inventée en 1970 par Robert K. Greenleaf dans un essai intitulé « The Servant as Leader ». Ce style de management est aussi parfois appelé « coaching », « formation » ou « mentoring ».

Un style de management au service des employés se concentre sur le soutien de vos employés. Les managers qui adoptent ce style passent leur temps à coacher, encadrer et soutenir leur équipe.

Ils considèrent leur rôle comme celui d’un conseiller ou d’un coach plutôt que comme celui d’un dictateur ou d’un responsable de l’application des règles.

Pour être un leader efficace, vous devez avoir une grande expérience à la fois du travail de vos employés et du coaching. De solides compétences interpersonnelles sont nécessaires pour entretenir de bonnes relations avec votre équipe et établir une relation de mentorat.

Pour que votre équipe vous fasse confiance et s’ouvre à vous, vous devrez lui montrer que vous êtes éthique et digne de confiance.

Jack Ma, le président exécutif du groupe Alibaba, est un exemple bien connu de personne ayant un style de gestion de type service-leadership. Ma est un champion des efforts philanthropiques et est reconnu comme un leader qui soutient fortement ses employés. Il valorise l’intelligence émotionnelle et encourage l’amour et le soutien de ses employés pour atteindre la gloire.

Avantages du style de management leader serviteur

Le type de management servant-leader est efficace pour aider votre équipe à se développer et à progresser professionnellement. Il contribue également à créer un lien fort entre l’employé et le manager et peut favoriser une plus grande confiance, un meilleur lien et une meilleure collaboration.

L’objectif du management servant-leader n’est pas de discipliner, mais d’aider les gens à tirer les leçons de leurs erreurs et à améliorer leurs propres performances. Si vous disposez d’une équipe de professionnels hautement qualifiés, ce style de leadership peut les aider à atteindre de nouveaux niveaux de performance et de productivité.

Inconvénients du style de management leader serviteur

L’un des inconvénients de ce type de management est qu’il peut être inefficace pour certains employés. Par exemple, si vous avez des employés démotivés, négatifs ou simplement mal adaptés à leur rôle, essayer de les soutenir et de les encadrer peut vous faire perdre votre temps à tous les deux.

De plus, en vous concentrant sur les possibilités d’apprentissage et d’amélioration, vous indiquez effectivement que la production n’est pas aussi prioritaire, à condition que les gens fassent un véritable effort.

Bien que cela puisse réussir pour l’amélioration des processus, l’innovation et d’autres initiatives cycliques, cela peut poser des problèmes si votre équipe conçoit des produits ou fournit un service à la clientèle.

Ce style de management exige aussi généralement plus de votre temps, puisque vous devez passer un certain temps en réunions individuelles avec vos employés afin de les encadrer et de les soutenir efficacement.

Si votre temps est limité ou si la qualité de votre production est plus importante que le bonheur et le bien-être de vos employés, alors ce type de management n’est pas idéal.

5. Le management avant-gardiste

Un style de management avant-gardiste incarne le fait de diriger depuis l’avant du peloton. En tant que manager, vous donnez des instructions et fixez un rythme de travail, puis vous attendez de vos employés qu’ils suivent vos traces.

En général, la gestion de la cadence implique de fixer des normes élevées ou difficiles à atteindre afin d’inciter votre équipe à atteindre de nouveaux sommets et des objectifs plus ambitieux.

Pour réussir, vous devrez être capable de fixer un rythme qui soit stimulant pour votre équipe. Vous devrez également veiller à ce qu’elle soit suffisamment motivée pour essayer de suivre votre rythme.

Jack Welch, ancien PDG de General Electric, est un excellent exemple d’un chef de file persévérant et exigeant. Bien qu’il ait effectivement dirigé la société pendant vingt ans, il s’est attiré une mauvaise presse et a été surnommé « Neutron Jack » (à l’image de la bombe à neutrons) pour avoir imposé un rythme exigeant et supprimé 25 % des emplois de la société sur une période de quatre ans.

Avantages du style de management avant-gardiste

Si votre équipe est compétente et motivée, ce style peut conduire à une plus grande productivité et à un sain sentiment de compétition et d’accomplissement. Il est plus efficace lorsque vous avez un seul grand défi à relever ou un objectif à court terme à atteindre.

Des recherches menées par le Harvard Business Review montrent que la majorité des équipes devraient éviter de mettre en œuvre des objectifs trop ambitieux. Cependant, ils ont constaté que les équipes efficaces mais complaisantes peuvent tirer profit de leur utilisation.

En d’autres termes, si vous avez une équipe efficace dont vous savez qu’elle n’est pas à la hauteur de son potentiel, adopter un style de management avant-gardiste peut être un moyen efficace de la sortir d’une ornière confortable.

Inconvénients du style de management avant-gardiste

Si vous poussez constamment votre équipe à atteindre des objectifs ambitieux, vous risquez de l’épuiser. De plus, si votre équipe n’est pas capable de respecter vos normes, vous risquez de la vouer à l’échec. Et l’incapacité à atteindre les objectifs et les buts fixés peut entraîner une perte de motivation et une baisse du moral.

Ce style de management met également l’accent sur les réalisations personnelles, ce qui peut créer des divisions et de la rancoeur au sein de l’équipe. Par exemple, si un ou deux membres seulement sont capables de suivre votre rythme, les autres peuvent devenir amers et rancuniers.

6. Le management démocratique

Un type de management démocratique est aussi parfois appelé style consultatif, consensuel, participatif, collaboratif ou affilié. Ce style est basé sur la philosophie selon laquelle deux têtes valent mieux qu’une et que chacun mérite d’avoir son mot à dire, quel que soit son poste ou son titre.

Les managers qui adoptent un style démocratique encouragent le partage d’idées et la participation régulière des employés. L’objectif est d’encourager votre équipe à partager ses réflexions, ses idées, ses suggestions et ses solutions potentielles afin de s’entraider et de faire croître l’entreprise.

Dans une démocratie, en tant que manager, vous conservez le pouvoir de décision final, mais vous recherchez et prenez en compte les pensées, les idées et les recommandations de votre équipe avant de prendre toute décision.

Avantages du style de management démocratique

Un style de management démocratique aide vos employés à se sentir valorisés et entendus. Il peut également les encourager à résoudre leurs propres problèmes et à proposer de nouvelles idées innovantes.

En leur demandant leur avis, vous encouragez effectivement les membres de votre équipe à penser par eux-mêmes et à assumer davantage de responsabilités dans les décisions et les résultats de l’équipe.

De plus, en sollicitant les idées des autres, vous pouvez arriver à de meilleures solutions et obtenir de meilleurs résultats que si vous preniez des décisions isolément.

Inconvénients du style de management démocratique

Le plus grand inconvénient du type de management démocratique est qu’il prend du temps. Si vous vous trouvez souvent dans un scénario où une décision doit être prise rapidement, vous n’aurez pas le temps de rechercher et d’examiner les suggestions de l’équipe.

Un autre problème est que les employés peuvent devenir, blessés, frustrés ou rancuniers s’ils ont l’impression que vous ne prenez pas vraiment leurs idées en considération.

Pour éviter cela, vous devrez :

  • soit promouvoir les suggestions anonymes,
  • soit supprimer la possibilité de favoritisme,
  • soit devenir habile à faciliter les discussions et à aider votre équipe à se concentrer sur la création et le partage d’idées valables sans mettre l’accent sur qui a trouvé quoi.

7. Le management du Laissez-Faire

Le type de management du laissez-faire met l’accent sur la liberté des employés. Le terme « laissez-faire » est d’origine française et se traduit directement par « let do » en anglais. En d’autres termes, les gestionnaires du laissez-faire laissent leurs employés faire ce qu’ils veulent, avec peu ou pas d’interférence.

Dans le style de management du laissez-faire, il n’y a pas de supervision pendant le processus de création ou de production. Les managers du laisser-faire encouragent les équipes autonomes et ne s’impliquent généralement que si quelque chose tourne mal ou si l’équipe le demande.

Dans une équipe qui fonctionne bien, un manager du laisser-faire ne sera présent qu’au début et à la fin du processus de travail. Au début, pour donner des directives, partager des informations et répondre aux questions. Et à la fin, pour examiner le(s) résultat(s) de l’équipe et donner des conseils ou des recommandations sur la manière dont l’équipe peut faire encore mieux la prochaine fois.

Google utilise la gestion du laissez-faire comme moyen de promouvoir la créativité et l’innovation des employés. Les fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, ont créé « 20 % de temps » en 2004. Si la règle a changé au fil du temps, en substance, la direction permet aux employés de consacrer une partie de leurs heures de travail rémunérées à n’importe quel projet, sans aucune surveillance de la part de la direction.

Cette liberté permet aux employés de se concentrer sur le travail qui les passionne et d’expérimenter de nouvelles idées créatives. Des innovations très réussies telles que AdSense, Gmail et Google Maps peuvent toutes être attribuées à ce « 20 % de temps ».

Avantages du style de management du laissez-faire

Si vous disposez d’une équipe de professionnels hautement qualifiés, ils peuvent s’épanouir avec la liberté qu’offre une approche de laisser-faire.

Ce style de management peut se traduire par un niveau élevé de satisfaction au travail et une productivité élevée pour les équipes qui bénéficient de l’autonomie qu’il procure. Il peut également contribuer à stimuler l’innovation et la créativité dans toute votre entreprise.

Inconvénients du style de management du laissez-faire

Si votre équipe n’est pas motivée, n’est pas assez compétente pour résoudre les problèmes par elle-même ou peine à gérer son temps, le laisser-faire peut entraîner le non-respect des délais et un travail de mauvaise qualité.

Le manque de supervision inhérent à ce style n’est pas approprié pour les équipes qui ne peuvent pas s’autogérer. Il est également risqué pour les projets importants et/ou critiques, car vous risquez de ne prendre conscience des problèmes que lorsqu’il est trop tard.

C’est beaucoup à encaisser, n’est-ce pas ? Qu’en est-il de vos employés ? Quel type de management leur conviendra le mieux ?

Lequel des sept principaux styles de management est le plus efficace pour vous et votre équipe ?

Lequel vous convient le mieux ?

Votre style de management parfait doit s’aligner sur les points suivants :

  • Vos propres compétences, votre expérience et votre personnalité. Par exemple, vous pouvez avoir du mal à être un pionnier si vous n’êtes pas un expert en la matière.
  • Les besoins de votre équipe. Votre équipe est-elle nouvelle et inexpérimentée ? Ou s’agit-il de professionnels hautement qualifiés ? La réponse aura une incidence sur le type de management que vous devriez adopter.
  • La culture. La culture de votre équipe et de l’entreprise dans son ensemble doit avoir un impact sur votre style de management. Par exemple, si votre entreprise connaît actuellement de nombreux changements, vous devrez peut-être être visionnaire. Si vous avez une équipe divisée et peu motivée, vous devrez peut-être être un leader serviable.

Le problème est que la grande majorité des managers ne se demandent pas quel type de management est le plus approprié. Ils adoptent simplement celui qui leur est le plus familier, le plus confortable ou celui qu’on leur a demandé de démontrer.

Cette inflexibilité conduit inévitablement au désastre.

Les managers qui réussissent le mieux comprennent qu’il faut des styles différents pour des scénarios et des projets différents. Vous pouvez même avoir besoin de styles différents pour les différents membres de votre équipe.

Un nouvel employé débutant peut avoir besoin d’un style autoritaire jusqu’à ce qu’il soit à l’aise dans son travail. Tandis que votre employé senior, qui est très motivé et fiable, peut s’épanouir dans un style de management de type laissez-faire.

Les managers remarquables adaptent leur approche à leur public et peuvent passer d’un style à l’autre en fonction de l’évolution des situations.